Calculer la vitesse d'un animal d'après sa foulée

Loin de moi l'idée de vouloir afficher de quelconques compétences en mathématiques (à l'époque où je bafouais cette matière, mes bulletins scolaires défrayaient la France entière), ce billet n'est donc que le fruit d'une simple curiosité et n'a aucune prétention scientifique. Voici donc la prémisse de ma réflexion :

En 1976, Robert Mac Neill Alexander, professeur de biologie et de zoologie à l'université de Leeds, élabore une formule permettant de calculer la vitesse d'une animal à partir de deux données : la longueur de sa foulée et la mesure hanche-sol.

La formule

En étudiant les animaux, Alexander découvre qu'il existe une relation entre la vitesse, la foulée et la mesure du sol jusqu'au bassin et décide de l'appliquer aux dinosaures.

Ces travaux furent considérés à l'époque comme une grande avancée pour la paléontologie ; toutefois ses théories seront remises en question.

En surfant sur le net, je découvre le site suivant: http://www.csiro.au/helix/sciencemail/activities/dinospeed.html. 

Je me demande alors si cette formule peut être appliquée au pistage. Bien sûr, il suffit de juger les allures d'un animal pour savoir si il est au pas, au trot ou au galop. Mais est-il possible de calculer plus pécisément sa vitesse ? 

La curiosité me pousse à tenter d'utiliser cette formule pour déterminer ma vitesse et celle d'un lévrier barzoï lors d'une simple promenade en laisse, en notant nos foulées respectives dans le sable.

La première séance de mesures s'avère être un échec, et les calculs ne sont pas parlants. Il faut me rendre à l'évidence : une erreur s'est immiscée en mesurant la foulée du chien : le lévrier, très fin, marche pratiquement sur la ligne médiane, il semble possible de s'égarer, de patauger, de s'enliser dans les méandres superposés des pieds postérieurs et antérieurs, voire l'inverse.

Nouvelles mesures le lendemain, et cette fois les résultats issus des calculs sont beaucoup plus probants.

 

Marche en laisse

Comparaison de vitesse lors de la marche,

le véritable athlète est à droite sur la photo.

 

En utilisant donc la formule de RM Alexander, les résultats indiquent une vitesse de 4,6 km/h pour le bipède et 3,8 km/h pour le chien, ce qui n'est pas mal pour une évaluation (les écarts sont peut-être dus à des imprécisions de mesures).

Je me suis amusé ensuite à évaluer la vitesse du lévrier au galop en utilisant cette fois la formule de T.Thulborn, un autre spécialiste de la locomotion des dinosaures.

ici : http://www.sorbygeol...1/dinocal1.html

Pour une foulée mesurée de 3,93 m (toujours impréssionnante chez le barzoï), j'obtiens une vitesse de 42,34 km/h sur le sable. Ce résultat est très possible sachant que la vitesse de pointe du chien a été évaluée à 52 km/h sur cynodrome.

 

stan-1.jpgLe cobaye au galop

 

Qu'en est-il sur le terrain ?

En utilisant un logiciel de mesure de type "Mesurim", il est possible d'évaluer la hauteur sol-hanche des animaux à partir de photos d'animaux à condition de trouver des clichés exempts de problème de perspective. On peut également effectuer des mesures sur un squelette ou une dépouille. 

De nombreuses questions restent posées : quel protocole de mesure faut-il appliquer pour les oiseaux marchant au sol, sachant que l'essentiel du mouvement chez ces derniers ne se fait pas à partir de la hanche mais du genou ? Quid des animaux bondissants comme le lapin ou l'écureuil ?

 

A suivre donc...

 

 



 

Animaux domestiques Les trucs Documents