Les milieux aquatiques

Le raton laveur, Procyon lotor

The racoon

 

Sincèrement merci à Julien Bechereau de m’avoir permis, lui et ses amis québecquois de trouver les photos permettant d'illustrer cette espèce. Même si la présence du raton laveur est aujourd’hui accidentelle, sa progression sur le sol français est quant à elle, bien réelle.

Les régions de l’Aisne, la Marne, l’Oise abritent aujourd'hui, le foyer le plus important.

Cet animal souffre d’une assez mauvaise réputation en Amérique du nord. Poubelles bruyamment renversées, poulaillers visités, gazon labourés, occupation des greniers, câbles électriques mâchés font partie des nombreux faits qui lui sont reprochés. Aussi des mesures ont été prises immédiatement en France pour enrayer sa propagation mais en vain. Le raton étant discret de nature, ses dégâts s’apprécient généralement au petit jour en découvrant ses empreintes.

 

Si l’impression du pied est bonne, la trace du raton laveur, assez typique ne pose pas de gros problèmes d'identification. On trouvera cette dernière le long d’un cours d’eau, d’un lac, d’une roselière. Le procyonidé passe sa journée à l’abri d’une cavité et se rend sur ses zones de gagnage à la nuit tombée en utilisant son réseau de coulées bien dessinées. Sa présence sera confirmée par différents indices trouvés sur le terrain : empreintes, terre grattée, latrines, traces de griffes sur les arbres.

 

PA : ressemble à une petite main humaine aux extrémités bulbeuses, comme pour la plupart des procyonidés les griffes ne sont pas rétractiles et apparaissent dans l’empreinte. Toutefois cette impression n’est pas systématique et dépend de la nature du substrat. Cette main est équipée de cinq doigts, le plus court, assez semblable à notre pouce est dirigé vers le centre de la voie. Ce doigt s’attachant plus bas, il renforce l'asymétrie de l’empreinte et il est alors assez facile de distinguer le PP du PA. L'arrière de la paume de la main est concave.

 

PP: l’essentiel de la masse du plantigrade étant réparti à l’arrière du corps, le pied postérieur a tendance à marquer plus fermement  le substrat. Le talon marque souvent, ce qui accentue la longueur de l’empreinte, mais son impression n’est pas systématique. Le PP présente lui aussi de 5 doigts mais ces derniers sont sensiblement plus courts et moins écartés que ceux du PA. Le doigt 1 (notre gros orteil), localisé à l’intérieur du pied est le doigt le plus court. Les traces de griffes sont aussi visibles sur l'empreinte du PP.

 

Voie : le raton utilise très peu le trot, ses allures favorites sont la marche et le bond (galop)

Les empreintes lors de la marche se groupe deux par deux, conférant à la piste une disposition tout à fait particulière. Ce duo d’empreinte est composé d’une empreinte de patte avant associée avec celle d’une patte arrière mais du côté opposé! La foulée mesure entre 20 et 35 centimètres pour une largeur de voie de 10 centimètres environ.

Des traces de jeunes individus peuvent être rencontrées entre avril et juin, l'empreinte du pied avant mesure 4, 5 cm de large.

 

 

 

Empreinte de raton laveur

Le duo d'empreintes du procyonidé ( photo : @Morri. H Quebec)

En bas : pied avant gauche ; en haut : pied arrière droit

Dimensions d'un individu de belle taille :

PA : (L)  6,9 x ( l ) 7,5 cm

PP : (L) 7,9 x ( l ) 7,7 cm

 

Piste de raton

 

Piste du raton laveur ( photo : @ R.T Quebec)

dans son habitat privilégié.

 

Retouchee

Le raton laveur amble lors de la marche.

Sur ce shéma le pied avant droit et arrière droit avance simultanément

Les pieds avant gauche et arrière droit

s'impriment l'un à côté de l'autre (dans le cercle)

donnant cette piste si carctéristique

 

PA droit

La partie arrière du PA

est concave

L'empreinte  est presque humaine

 

Impression raton laveur

Jeune individu

A gauche PA ; à doite PP

Dimensions

PA : (L) 4 x (l) 4,9 cm

PP : (L) 6 x (l) 5 cm

 

Tadorne belon, Tadorna tadorna

The common shelduck.

 

 

Empreintes laissées sur le slikke

par un groupe de tadornes

constitué d'adultes et d'immatures (juillet)

 

Tadorne 20170724 091504 2304x1728

Dimensions : (L) 7,6 x (l) 7,8 cm

L'empreinte semble un peu plus grande que celle du colvert

20170805 074912

Foulée environ 25 cm

20170805 073811

Angle des doigts 2 et 4 : 60 - 70 degrés

Dimensions : (L) 7,4 x (l) 7,7 cm

Tadorne 20170724 091850 2304x1728

Le doigt postérieur est parfois visible 

sur terrain meuble

Hydrobies

Les hydrobies, minucules gastéropodes

(gros comme des grains de riz)

constituent une part importante

du régime alimentaire de l'oiseau.

 

Le chevalier aboyeur, Tringa nebularia

The common greenshank 

 

 

 

Aboyeur 20170724 082530 2048x1536

Foulée de l'oiseau : 30 cm environ

Aboyeur 20170724 082706 2048x1536

Angle formé par les doigts 2 et 4 : 110 degrés

Aboyeur 20170724 082542 2048x1536

Dimensions de l'empreinte

(L) 4,4 x (l) 6 cm

Le petit gravelot, Charadrius dubius

Little ringed plover 

 

 

   Empreintes de petit gravelot

L'empreinte du petit gravelot

en bordure de Loire

(L) 2 x (l) 2,5 cm

 

Petit gravelot

L'angle des doigts  2 et 4

est important : 100 à 120 degrés

 

Petit gravelot 1

Largeur de voie : environ  3 cm

Longueur de la foulée :  12 cm

 

 

Le pipit maritime , Anthus petrosus

Eurasian Rock Pipit

 

 

 

Anthus petrosus

Traces de pipits maritimes et de crabes

sur le littoral

(L) 3,7 x (l) 2 cm

L' oie cendrée, Anser anser

The Greylag Goose

 

L’oie cendrée est une espèce phare des grands lacs de Champagne. C'est un oiseau principalement herbivore dont les traces sont parfois visibles aux abords des zones de nourrissage : prairies inondées, terres cultivées, réservoirs artificiels. De nature grégaire, on la rencontre au sein de groupes familiaux ou de bandes très importantes. C'est un oiseau "qui aime voir" et qui a tendance à bouder les petites étendues d'eau au profit de larges plans d'eau plus sécuritaires. Une sensible disparité de taille existe entre les deux sexes : le mâle légèrement plus grand que la femelle. L'oie cendrée est la plus grande des oies grises du genre Anser. 

 

 

L'empreinte de l'oie cendrée.

Angle des doigts 2 et 4 : 85 degrés

 

La voie de l'oiseau.

Foulée mesurée : 34 cm

Les pieds s'inclinent selon un angle de 45 degrés vers le centre de la voie.

 

Les pattes d'un individu naturalisé.

Souce : Musée d' Histoire Naturelle de Troyes.

 

Les grands réservoirs, vidangés en automne attirent l'oiseau qui vient volontiers pâturer

 les vasières enherbées.

 

 

Moulage de l'empreinte.

Des doigts larges qui s'impriment profondément.

 

 

La bergeronnette grise, Motacilla alba

The White Wagtail

 

Traces de bergeronnette grise

Taille de l'empreinte, griffes comprises :  (L) 3,2 x (l) 2 cm

Foulée : 12 cm

Largeur de la voie : 2,3 cm

 

Motacilla alba, empreintes

Angle formé par les doigts latéraux : 115 degrés

L'axe de l'empreinte évoque une petite virgule.

 

Empreinte de corneille et de bergerronette

Comparaison corneille noire et bergeronnette.

Cette dernière fait figure de naine face au corvidé.

 

Piste de l'oiseau dans le sable

Piste de l'oiseau dans le sable

Foulée : 10 cm

Largeur de voie : 1,9 cm

Le bécasseau sanderling, Calidris alba

Sanderling

 

Trace de bécasseau sanderling

L'empreinte du limicole

Dimensions : (L) 2 x (l) 2,8 cm

Angle des doigts 2 et 4 : 110 degrés

 

Deux empreintes

Sur le sable, la zone centrale ne marque pas.

Quant au doigt  postérieur,  il est absent chez cette espèce.

 

Piste de l'oiseau

La piste de l'oiseau

à l'assaut des vagues

Foulée : 14 cm (déplacement rapide)

 

Piétinement

Piétinement et coup de bec de l'oiseau

 

Sanderling calidris alba rwd1 1

Le corps figé, la tête plantée dans les épaules,

le petit limicole trotte inlassablement le long des flots,

Seules les pattes semblent être véritablement  animées,

ce qui lui donne des allures de jouet mécanique.

×