Le putois, Mustela putorius

The European Polecat

 

Les traces du putois apparaissent dans tout type de milieu : champs, forêts, dunes, marécages, étangs,... L'habitat humain, s'il abrite quelque rongeur, attise la présence de ce mustélidé. Les zones humides s'affichent comme des endroits privilégiés, notamment lors du frai des anoures ; il concentre alors localement sa prédation. Très bon nageur, il laisse volontiers traces et indices au coeur des marais. Toutefois, lorsque le froid fige les eaux stagnantes des forêts inondées ou humides, le putois les boude. Même si ce carnivore solitaire risque des sorties diurnes, la nuit demeure son moment de prédilection et, il est capable de parcourir de longs trajets pour se nourrir.

PA : 5 pelotes digitales en forme de goutte d'eau mesurant environ 1 centimètre. Ces dernières sont prolongées par des griffes semi-rétractiles dont la longueur peut dépasser le centimètre. L'impression du doigt 1 peut être faible ou absente. Pelote interdigitale en forme de boomerang constituée de 4 éléments soudés, mesurant 1,5 cm dans sa largeur. Le doigt 3 est le plus long. La main du putois possède deux pelotes proximales qui peuvent marquer la piste dans certaines conditions (boue profonde, neige, déplacement rapide). Dimensions relevées sur une femelle de 800 gr : (L)4 x (l) 2,5 cm (griffes non incluses, pelote proximale comprise). L'impression des doigts est souvent décalée par rapport à l'orientation de la pelote médiane. 

PP : plus étroit que le PA, avec 5 pelotes digitales sensiblement plus petites. Griffes représentant la moitié de celles du pied antérieur. Dimensions : (L) 2,5 x (l) 2 cm (6 cm de l'extrémité des doigts, jusqu'au bout du tarse)

La voie : marche et bondit. La vitesse détermine l'amplitude de la foulée : 40 à 60 cm de long. La marche est une allure lente, consacrée à l'exploration. Le déplacement par bonds est l'allure la plus adaptée à la morphologie du mustélidé : colonne vertébrale longue et souple, membres courts, puissants et anguleux. La queue, bien que courte, peut laisser une marque dans certains substrats ou lors du bond. La piste du putois termine souvent sa course dans un terrier, une fissure. De jour, l'animal évite généralement de traverser de grands espaces découverts et lumineux. Il peut lui arriver de grimper dans un arbre mais ce comportement est exceptionnel.

Putois et furets laissent des empreintes impossibles à différencier sur le terrain. La présence de ce dernier dans la nature est heureusement accidentelle et concerne des individus échappés de captivité ou de campagne de furetage.

 

Trace de putois le long d'une haie.

On retrouve la conformation pentadactyle propre aux mustélidés :

 cinq doigts présents dans l'empreinte.

Sur sol dur, la marque laissée par le doigt 1 est souvent très discrète.

 

Putois 1

Au bond, la pelote proximale est parfois visible.

 

Traces de putois

Les griffes peuvent ou non figurer dans l'empreinte

selon la dureté  du terrain.

 

Impression de putois (femelle)

Le PP, en haut, est plus étroit que le PA.

 

 

 

Diposition des différentes pelotes digitales et interdigitales (PA).

Les pelotes digitales 1 et 5 sont très proches de la pelote médiane.

 

Au bond, le groupe d'empreintes s'assemble parfois sous la forme d'un rectangle

ou du lame de guillotine.

 

Putois au bond

L'animal au petit galop.

Martres, fouines, putois sont connus pour varier les voies au sein d'une même piste,

surtout lorsque terrain comporte de nombreux obstacles

Distance entre chaque groupe d'empreintes : 35 cm

 

 

Coulée de putois

Coulée de putois en forêt, en bordure d'étang.

Mars est un mois où le mustélidé y laisse de nombreux indices,

attiré par les grenouilles rousses qui s’amassent sur les sites de reproduction.

Après un hiver difficile, ces expéditions amphibiennes sont une aubaine pour le mustélidé.

 

 

La voie du putois, au bond, dans la neige,

 peut être confondue avec celles du lapin et de l’écureuil

Chez le lapin les pattes arrières sont plus grandes et le groupe d’empreintes forme généralement un Y

Chez l’écureuil, les empreintes ont tendance à dessiner V

 

 

 

Les pattes du mustélidé

A gauche l'antérieure ; à droite la postérieure.

Les griffes sont plus développées sur le PA.

 

Empreintes de putois

Moulage des empreintes

 

Crottes de putois

Les laissées du putois, de la martre et du vison sont très semblables.

Il est souvent nécessaire de chercher d’autres signes qui confirment leur origine.

Les crottes du putois sont plus ou moins vrillées suivant leur contenu et dégagent une forte odeur.

Dimensions : (L) 8cm x (l) 0.9 cm.

 

Laissees putois amphibiens

Visibles au printemps près des zones humides

ses laissées prennent l'aspect

tâches semblables à du goudron

Une alimentation à base d'amphibiens est 

à l'origine de ces dépôts noirâtres

 

mammifères Les milieux aquatiques Bois et forêts Espaces cultivés