Le lapin de garenne, Oryctolagus cuniculus

The European rabbit

 

L' animal était omniprésent en France avant l'apparition de la myxomatose en 1952. Actuellement, sa présence est aussi fluctuante que ses populations ; de fait, on notera qu'il est plus grégaire que le lièvre, et présente alors des communautés localisées. Ce rongeur aime s'établir dans des terrains meubles et bien drainés. On observera ses traces sur les chemins ruraux, dans certaines carrières ou sur le littoral. 

Les pattes des lagomorphes (lièvres, lapins) ont une configuration assez particulière. En effet, ces derniers ne disposent pas de pelotes digitales et interdigitales et l'impression des griffes est asymétrique. L'amortissement du pied chez l'animal est assuré par une couche de poils dense et épaisse, dans laquelle il est bien difficile de distinguer les doigts. Les pelotes digitales, noyées dans une touffe de poils oblongue, sont, avec les griffes, les seuls éléments lisibles dans l'empreinte. Les pieds avant et arrière possèdent une forme caractéristique de fuseau, surtout évidente lorsque l'animal se déplace lentement (avec la vitesse les doigts ont tendance à s'écarter)

PA :  4 doigts sont présents dans la trace. Le cinquième, le doigt 1, est non seulement très court, mais il est en plus imbriqué dans le métacarpe du doigt 2. Le doigt 3, le plus long, forme donc l'extrémité du pied. 

PP : nettement plus long que l'antérieur (9 cm du bout des griffes jusqu'à l'extrémité du tarse), mais son impression est presque toujours partielle. En général, la partie enregistrée correspond à la longueur des phalanges et mesure donc de 3 à 4 cm. Le pied ne s'imprime dans sa totalité que dans des conditions particulières :  lorsque l'animal se déplace dans la neige, se redresse ou tape du pied pour alerter ses congénères. Le PP ne possède que quatre doigts. Le doigt 1 n'existe pas, même sous sa forme vestigial (ce doigt manquant, correspond au gros orteil chez l'humain). Les doigts 2 et 3 sont de longueur identique et l'extrémité du pied est indiquée par le doigt 4, le plus long. Comme chez l'homme, le doigt le plus court est le doigt 5, situé à l'extérieur du pied (très pratique, pour différencier le pied droit du gauche, dans le cas d'une trace isolée).

La voie : elle est composée d'une succession de bonds, l'animal pratique rarement d'autres allures. La distance entre chaque groupe d'empreintes peut varier de quelques centimètres à plusieurs mètres en fonction de la vitesse.

 

Formule digitale

Formule digitale et disposition des phalanges à l'intérieur du pied.

A gauche le postérieur ; à droite l'antérieur.

 

Lapin PP PA

Traces de lapin à l'arrêt : les pattes antérieures s'impriment devant les postérieures.

Dimensions des empreintes : PA = (L) 4 x (l) 2,6 cm ; PP = (L) 3,5 x (l) 2,7 cm

PA et PP peuvent avoir des dimensions similaires,

le placement des griffes est toutefois sensiblement différent.

 

Traces du lapin

Le groupe d'empreintes en "Y"

 

Groupe d'empreintesLes traces déposé par le lapin, s'inscrivent dans un triangle,

dont la pointe indique l'origine du déplacement.

 

Pieds antérieurs

Les pieds antérieurs se joignent parfois lorsque l'animal avance lentement.

 

Détails de l'empreinte

Pied antérieur droit.

Les substrats très fins

peuvent garder la trace du doigt 1.

 

voie du lapin

La voie du lapin

Distance entre chaque groupe d'empreintes : 45 cm

Largeur de voie : 10 cm

 

Trace de lapereau

Empreinte de lapereau.

Dimensions : (L) 2 x (l) 1,4 cm.

 

Patte de l'animal

A gauche, patte postérieure gauche ; à droite, l'antérieure gauche

 

PA lapin

Impression du pied antérieur gauche

Pelotes digitales oblongues, griffes bien marquées. 

 

Moulage d'empreinte de lapin

Le moulage de l'empreinte .

 

Abroutissement

Exemple d' abroutissement * pratiqué par notre rongeur :

les rameaux sont tranchés en biseau, à 15 cm du sol (angle variable)

 

Indices lapin

Les grattis creusés par les individus dominants, constellent les abords de la garenne.

De profondeur variable, ils sont étroits (grosseur d'un poing),

et souvent associés à des laissées.

Des traces de griffes sont ici bien visibles

 

terrier

Les garennes sont souvent des structures assez complexes, visibles à distance.

Leurs abords sont toujours profondément modifiés.

La bouche du terrier dépasse rarement 10 cm de diamètre.

 

Laissees lapin

Les lapins regroupent leurs crottes sur des latrines.

Ces dernières sont surtout utilisées par les animaux dominants.

Ces crottes deviennent brunes en l'espace de deux ou trois semaines.

Outre leur taille, leur structure plus fine permet de des différencier de celles du lièvre.

 

D'autres traces sont visibles ici : https://www.youtube.com/watch?v=ty3VRugiUD8

 

 

* voir  : Glossaire

 

 

Espaces cultivés mammifères Villes et banlieues

×