Le cerf élaphe, Cervus elaphus

The red deer

 

Le plus grand herbivore de nos forêts a connu un accroissement régulier de ses populations depuis les années 70 et ses traces ne sont pas rares, aujourd’hui, au cœur des grands massifs forestiers. Ce cervidé, très exigeant en matière d’espace, occupe des territoires très vastes. Contrairement au sanglier, il s’accommode assez mal de la présence humaine et ses populations restent confinées aux habitats « naturels ». C’est un animal lourd, au dimorphisme sexuel prononcé, particularité qui se retrouve au sein de l’empreinte. Le sexe peut d'ailleurs être determiné d'après cette dernière, chez les animaux adultes. La différenciation jeune cerf/biche est plus délicate et fait appel à l'examen minutieux de la voie. Les traces du cerf se rencontrent sur les chemins forestiers,  le long des parcelles forestières engrillagées, en lisière de certaines cultures et aux abords des points d'eau où l'animal vient se rouler. Ces grands cervidés ont une signature olfactive très marquée qui renseigne sur la fraicheur de la piste.

PA : Comme souvent chez les animaux présentant lourd à l'avant, l'antérieur est plus gros mais également plus écarté. Les "os", doigts vestigiaux, ne marquent que sur sol meuble ou lors de déplacements rapides. La pince située à l'extérieur de la voie, est à la fois plus longue et plus convexe.

PP : plus petit et plus étroit. Les pinces sont également moins écartées.

La voie : le cerf utilise tous types d'allure : pas, trot, galop. Au pas, le pied postérieur vient recouvrir l'antérieur avec parfois un léger décalage chez les jeunes sujets. Plus l'animal vieillit, fatigue, plus il se déjuge : le PP se pose en arrière du PA. Au galop les pinces s'ouvrent de façon significative et l'impression des os est visible. Les pieds se regroupent sous la forme d'un L renversé, postérieurs en tête. En hiver, les hardes se déplacent en longue processions, les mâles suivant prudemment leur harem.  

 


L'empreinte de l'animalL'empreinte du cervidé

Les dimensions : (L) 7,4 x (l) 5,13 cm,

pourraient correspondre à celles d'une biche

 

 

Autre empreinteAutre empreinte plus ancienne.

Cette dernière forme un ovale quasi parfait.

 

Empreinte de cervidé

Le pied est divisé par un filet

bien rectiligne

 

Traces de faon

Empreinte d'un jeune individu (environ 70 kg)

Dimensions : (L) 7,5 x (l) 4,5 cm.

On peut également noter la superposition d'une empreinte de chevreuil.

 

Trace de biche sur sol dur

Trace de biche sur sol dur

 

abroutissement du cerf élaphe

Une biche est venue déguster quelques feuilles de saule

 en bordure d’un étang

Ce qui surprend, lorsque l’on découvre ce type d’indices,

c’est la hauteur à laquelle on les trouve.

 

 

 

Comparaison sanglier cerf

Comparaison sanglier-cerf

A largeur égale, l'empreinte du cerf est plus allongée

Le talon est également mieux délimité

 

 

 

Impression de biche

Impression de biche.

(L) 8,2 x (l) 5,7 cm.

 

Impression de pieds de cerf

Impression de cerf adulte de 195 kilos

PA : (L) 10 x (l) 7 cm

PP : (L) 9 x (l) 6,2 cm

 

Le pied de l'animalMême chez la biche, on observe une différence notable de taille entre le PP et le PA

A gauche le postérieur ; à droite l'antérieur

 

 

MoulageMoulage d'une empreinte

 

 

Ecorçage d'hiver du cerf élaphe.

Les résineux en sont souvent victime

Recherche de tanins, déséquilibre alimentaire, aide à la digestion.

les causes sont souvent diverses.

L'écorçage se distingue du frottis par une blessure aux bords réguliers,

par l'absence de lambeaux d'écorce, pendants, non consommés.

La trace verticale des incisives est aussi bien visible.

 

Fumeecerf20150524 162410

Fumées de biche ou de faon

(L) 1,7 x (l) 1 cm

 

 

 

 

mammifères Bois et forêts Ongulés sauvages