L'écureuil roux, Sciurus vulgaris

The Eurasian red squirrel

 

L’écureuil, symboliquement associé à la thésaurisation, voit aujourd'hui ses effectifs reculer, et ce, malgré les mesures de protection dont il bénéficie. Comme la martre, le petit rongeur arboricole s’épanouit dans un paysage forestier constitué d'une dense canopée. La disparition de son habitat, l’élargissement des routes, constituent des obstacles à ses déplacements aériens. Ces zones, exemptes de végétation, obligent  l’animal à évoluer au sol, l’exposant alors à de multiples imprévus. On découvrira plus facilement les pistes de l'écureuil par temps de neige et à proximité de parcelles de résineux. 

La voie, aussi singulière que ses traces, finit toujours dans un arbre. Comme les petits mustélidés, l’écureuil craint les déplacements à découvert et sera prêt à effectuer de grands détours pour éviter de traverser ces espaces inquiétants. Il bondit comme le lapin, mais possède son propre style ; le placement des pieds dans la voie est sensiblement différent. Dans la neige épaisse, il peut, comme beaucoup d'animaux, par économie d'énergie, insérer PP et PA dans la même cavité, transformant la voie en une seule paire de traces. Lorsque la couverture neigeuse est importante, vient le temps des forages dont le but est l'excavation des nombreux butins dissimulés par ses soins.

PA : évoque une petite main à 4 doigts. Le pouce atrophié, ne figure pas dans le dessin de l'empreinte. Le coussinet médian ou interdigital est constitué de trois lobes, partiellement soudés. On notera la présence de deux coussinets proximaux à la base du poignet. Ces derniers, assez volumineux, marquent assez bien dans l'empreinte. Les griffes, fines, ne sont pas toujours présentes dans la trace. Les pelotes digitales peuvent paraître volumineuses en comparaison avec les doigts fins.

PP : constitué de 5 doigts dont les trois médians sont de longueur identique. On notera la présence de 4 coussinets interdigitaux dont la forme, caractéristique, évoque celle d'une goute d'eau. L'impression du talon n'est pas toujours évidente. Les doigts 1 et 5 ont tendance à se positionner latéralement par rapport à l'axe de la voie. Le doigt interne est le plus court.

La voie : les traces se groupent par quatre, dessinant alors, les ailes d'un papillon, ou encore, deux points d’exclamation (!!). Comme chez les lagomorphes, les PP, assurent la tête du cortège et renseignent sur le sens de déplacement. Les PA, elles, se rangent en arrière des PP, le plus souvent parallèlement (elles sont, la plupart du temps, décalées chez le lièvre et le lapin). L'entrelacement complexe de ses voies localement, peut laisser soupçonner d'abondantes populations ; en réalité, elles ne sont que le reflet de l'intense activité du sciuridé.

 

EcureuilLes petites "mains" de l'écureuil, imprimées sur un chemin forestier, le long d'une parcelle de résineux.

Sur l'empreinte du haut, les deux pelotes proximales sont discernables. 

 

PA écureuil

Le pouce, atrophié chez l'écureuil,

est réduit à l'état de vestige.

 

voie-de-l-ecureuil-1.jpg

La fameuse aile de papillon

Les PA (en bas), ont tendance à se tourner vers le centre de la voie,

les PP (en haut), à diverger sensiblement. 

 

PP et PA

Le groupe d'empreintes : on devine les deux PA en bas.

 

PP

Autre PP . L'écartement plus important des doigts 1 et 5 est bien visible

 

P1110027

Le groupe d'empreintes dans la neige

 

PA ; PPDisposition des pelotes digitales, interdigitales et proximales

A gauche pied antérieur ; à droite le postérieur.

Dimensions : PA = (L)3,66 x (l) 2,91 cm ;  PP = (L) 2,66 x (l) 2,23 cm (griffes non incluses)

 

Moulage des empreintes

 

Placette de nourrissageL'écureuil aime décortiquer ses cônes sur des zones surelevées pour mieux prévenir du danger.

Ces "stations de nourrissage", peuvent être très proches les unes des autres

On trouve, sur ces promontoires, de nombreuses écailles et des cônes éparpillés.

Preuve de sa nonchalance, le rongeur laisse toujours un petit plumeau d'écailles inconsommé :

sa carte de visite...

 

Cône d'épicéaCône d'épicéa, décortiqué par l'écureuil. 

Quand mulots et campagnols s’attaquent à ces cônes,

 Ils le font plus volontiers dans des endroits protégés

Les écailles sont alors "élaguées" avec plus de minutie. 

Bois et forêts mammifères

×